Nicolas Gut

mercredi 13 septembre 2017

A comme Apple, A comme abonnement

Matériel – # # # # # #

Avec l’arrivée du nouvel iPhone X, au tarif exorbitant, Apple confirme que son abonnement iPhone Upgrade Program n’est pas un accessoire commercial. Bien au contraire. Il s’agit d’une pierre angulaire de son modèle économique.

Rien de mieux qu’un abonnement pour fidéliser, voire retenir, son consommateur.
Pour rappel, Apple a dématérialisé la sauvegarde et la synchronisation des données toujours plus lourdes (documents, photos, vidéos,…) en imposant son offre iCloud payante. Faut-il rappeler le succès de Musique, soit la quasi totalité du catalogue musical iTunes, disponible sous forme d’abonnement mensuel ? C’est au tour du matériel de passer au système de « location longue durée avec option d’échange ». Un abonnement, en quelques sortes, puisqu’il s’agit de payer son iPhone tous les mois pendant au moins 24 mois pour pouvoir le remplacer par un nouvel iPhone.
L’avantage est important : éviter de voir des propriétaires d’iPhone fuiter vers Android à chaque renouvellement de machine; éviter de laisser circuler le matériel de seconde main sans contrôle; éviter d’avoir des utilisateurs de vieux matériel.
Une forme d’obsolescence programmée positive, finalement.

Pour le plaisir des yeux, la retransmission de la keynote.

lundi 4 septembre 2017

Une IA au secours de Game of Thrones

Intelligence artificielle – # # # # # # # #

On sait déjà que ce pauvre George R.R. Martin ne tient pas la cadence d’écriture qui lui permettrait d’alimenter la version télévisuelle de sa saga Game of Thrones. Obligeant Netflix à s’affranchir de l’auteur à partir de la saison 6.
Voilà que Zack Thoutt, ingénieur, est allé plus loin dans l’impatience en écrivant une IA, réseau de neurones récurrents, qui, après avoir ingurgité les 5000 pages de la série à ce jour disponibles, serait capable d’écrire la suite.
Une réussite partielle qui voit une rédaction convenable sur les premiers chapitres avec des intrigues qui tiennent la route et relativement peu d’incohérence et même la création d’un nouveau personnage. La suite se dégrade pour des questions de mémoire long terme (réseau à architecture LSTM, voir ici). Mais rien qui ne tienne pas la dragée haute fasse aux théories échafaudées par les fans entre 2 saisons.

L’article original est sur Vice et le premier chapitre de la prose artificielle est ici

mercredi 15 février 2017

Qu’est ce qu’un buffet canadien ?

Culture – # # # # #

L’expression « buffet canadien » désigne, en Suisse romande, le Potluck. Le potluck est un rassemblement autour d’un buffet composé des plats apportés par les convives. Cette pratique trouve ses origines dans la tradition de ne rien jeter et de garder les restes au chaud dans le pot.
On parle également de « repas canadien », « diner canadien », « souper canadien » ou de « pique-nique canadien ».

En apprendre davantage sur les origines du potluck

mardi 14 février 2017

Äkta människor

Culture – # # # # # #

392471_1920

lundi 13 février 2017

Les « mots vides » ou « stopwords »

Intelligence artificielleMarketing – # # # # # # # #

Si vous êtes familier avec le domaine de la recherche d’information, vous savez ce que sont les mots vides (stopwords). Ce sont des mots qui sont trop communs et trop fréquemment utilisés pour être pertinents à la recherche d’information. Voire, qui risquent de polluer cette dernière.
Chaque langue présente ses propres mots vides et les avoir sous la main peut présenter un grand intérêt quand on doit travailler pour le SEO ou pour quelques exercices d’indexation, de syntaxe ou de sémantique.
Sur cette page se trouvent les mots vides de plus de 40 langues de quoi contenter une belle curiosité.

vendredi 10 février 2017

Apple MacBook Pro late 2016 13″

Matériel – # # # # # #

Il est un peu plus petit et plus fin que son prédécesseur, ce nouveau Apple MacBook Pro 13″. Sa nouvelle barre interactive dans la partie supérieure du clavier est aussi pratique qu’énervante quand on y balade ses doigts par mégarde. L’autonomie est bonne, le clavier agréable, mais le choix du format USB-C est pour moi le point très négatif. Je me promène avec une petite pochette de câbles-adaptateurs et, pire, mon chargeur (pas envie d’en racheter plusieurs). Au chapitre des performances, rien de révolutionnaire, même si je n’ai pas grand chose à reprocher à cette machine affublée de seulement 8Go de RAM et d’un Intel Core i5 cadencé à 2,9GHz. Largement suffisant pour ce que j’ai à en faire.
Conclusion, ne pas confondre vitesse et précipitation, tout vient à point à qui sait attendre, rien ne sert de courir,… en gros, attendez la prochaine génération pour un MacBook Pro nouveau bien mûr.

Plus d’info

jeudi 9 février 2017

Les tendances 2017 du web design

IHM UI UX – # # # # # # #

A garder en tête, au moins pour l’année à venir.

– Définitivement, c’est la fin du web design traditionnel. On parle maintenant de « experience design ».

– Les interfaces conversent avec l’utilisateur.

– Les Gifs et les animations s’étendent aux phases de design pour mieux illustrer l’expérience.

– Le design responsif maintient son hégémonie grâce son efficacité indiscutable dans la gestion des écrans multiples.

– Le web design est minimaliste et permet à l’utilisateur d’aller droit au but. Gain de place, plus de simplicité et d’efficacité.

– La data visualization est toujours plus la vraie priorité compte tenu de l’importance de l’analyse des données et la diffusion de messages toujours plus complexes. Merci le big data.

– On ne fait plus son marché dans les banques d’images, on vend de l’authenticité avec de vraies personnes, de vrais vidages, de vraies photos.

– Le material design. Parce que c’est Google qui l’a dit. (Si vous sortez de léthargie, c’est par ici)

– Le scroll infini. Mais avec un peu plus de finesse et moins d’ennui.

– 2017 écrit encore plus gros que 2016 pour assurer le « Wow effect ».

Source

lundi 27 juin 2016

Rappel : les 10 règles de base de l’UX mobile

IHM UI UX – # # # # #

Si pour certains je vais donner le sentiment d’enfoncer des portes ouvertes, pour d’autres – et ils ne sont pas minoritaires – il est bon de rappeler ces quelques points à garder en tête lorsque l’on parle d’UX mobile.

1. La taille minimum des éléments d’interaction, d’une quarantaine de points pour permettre de taper du doigt confortablement.

2. Evitez les zones inutilisables, liées à la taille du pouce et aux mouvements qu’il peut faire pour balayer l’écran. Quelles sont ces zones ? Testez-vous même avec votre pouce et votre mobile.

3. Le mobile permet nombre d’activité, dont la principale, répondre à un appel. Il est important de s’assurer que l’on peut interrompre l’usage de l’application et y revenir sans recommencer à 0.

4. Testez l’UX mobile dès que possible, sans attendre sa mise à disposition publique. Il est plus compliqué de faire revenir l’utilisateur après un échec.

5. Allez droit au but, quitte à proposer des compléments si l’intérêt de l’utilisateur le nécessite. Il est dommage de tester la patience et l’endurance de l’utilisateur en le noyant sous des informations et des fonctions qui ne sont pas prioritaires.

6. Préférez les éléments d’UI natifs (j’y reviendrai ultérieurement)

7. Ne développez pas à nouveau des fonctions/services existants, comme celles proposées par le système d’exploitation (GPS, APN, partage, login…)

8. Evitez les impasses, ou zones mortes, comme les CGU, les politiques de confidentialité, les contenus-qui-n’allaient-pas-ailleurs. Ces pages ont tendance à perdre l’utilisateur et pourraient le détourner de l’objectif principal.

9. Soignez la performance. L’utilisateur en situation mobile à une patience très fortement réduite. La moindre seconde de trop dans le chargement du contenu, de réactivité à une action, est un risque de lassitude que vous ne voulez pas courir. Il est donc impératif de se pencher sur l’ensemble des facteurs qui peuvent venir fragiliser votre app/site.

10. La navigation. Evidemment. Mais pas si évident à optimiser. Posez-vous plutôt de fois qu’une la question de l’obligation d’utiliser tel ou tel élément de navigation (non, on n’utilise plus de hamburger dans une app), si tel ou tel contenu doit être impérativement accessible depuis l’écran principal. Si c’est le cas, réfléchissez bien à la position à l’écran.

En gardant tout ça en tête, le travail d’UX mobile n’en sera pas plus simple, mais assurément plus efficace.

5 UX Tips to consider on a mobile (Part One)
Another 5 UX tips to consider on a mobile (Part 2)

lundi 20 juin 2016

Le design des vulnérabilités

Marketing – # # # # # # #

Signé Hubert Guillaud sur Internet Actu (Lemonde.fr), un très bon résumé de l’excellent article de Tristan Harris, dont la marotte est l’optimisation de l’usage du temps. Cet article se penche sur, le design des vulnérabilités, soit la façon dont le design de services digitaux exploite les vulnérabilités de l’internaute pour le pousser à effectuer des choix prédéfinis, passer plus de temps, consommer efficacement (du point de vue du vendeur).

ils [les concepteurs] jouent de nos vulnérabilités psychologiques pour attirer et retenir notre attention, sans rencontrer beaucoup d’autres contraintes que les limites du public à les accepter.

Le choix laissé via des options conditionnées, donc l’absence de liberté de choix, prenant la forme d’un menu ou d’un formulaire, éclairent sur le chemin imposé à l’utilisateur.

[…] quand on donne aux gens une sélection de choix, ils se demandent rarement ce qui n’est pas proposé […] celui qui contrôle le “menu” contrôle les choix.

Créer la dépendance en utilisant les techniques du jeu (souvenons-nous du serious gaming): une action ou une inaction entraîne une récompense variable.

[…] la dépendance est maximisée lorsque le taux de rémunération est variable […] Désormais, tous les produits web proposent des récompenses à intermittence variable.

La peur de manquer quelque chose est une angoisse sur laquelle capitalisent aussi bien les sites marchands (les bonnes affaires), Facebook (l’activité des amis), que les sites éditoriaux (liste des articles parus). Loin de l’objectif affiché (curation, information), ces services exploitent l’angoisse de manquer pour pousser l’utilisateur à revenir, à être attentif.

[…] le fameux Fomo : le risque de manquer le sujet dont discutent mes amis sur FB. C’est une peur sans limites.

Le système de jugement permanent par ses pairs, par son réseau ou sa communauté est un système particulièrement puissance dont les acteurs usent (voire abusent) avec peu de limite. Il peut même détourner totalement l’objet premier du service (Instagram, Facebook et Tumblr en sont de très bons exemples) et le réduire à une machine à likes/partages/commentaires comme autant de symboles de réussite.

Nous sommes tous vulnérables à l’approbation sociale. Le besoin d’appartenir, d’être approuvé ou apprécié par nos pairs est parmi les motivations humaines les plus élevées

En créant des échanges sociaux artificiels, les réseaux poussent les utilisateurs à interagir. Ainsi, les invitations artificielles (suggestions de contacts/amis) que proposent Linkedin ou Facebook procèdent de cette mécanique: initier l’échange social pour pousser à la réciprocité, donc à l’interaction.

[…] cette vulnérabilité psychologique est très exploitée par les plateformes et services du web. Nombre d’entre elles exploitent l’asymétrie de perception que nous en avons.

Tromper la saciété de l’utilisateur en lui proposant des pages et des playlists sans fin, des vidéos en lecture automatique, des contenus additionnels. Faire en sorte que l’attention de l’utilisateur soit mobilisée en continu pour lui éviter l’envie de faire autre chose et de quitter le service.

Pour forcer les gens à consommer, le mieux est de continuer à leur donner à manger, même lorsqu’ils n’ont plus faim. Ca ressemble à une forme de gavage.

L’interruption est également un outil utilisé dans le design des vulnérabilités pour réveiller l’attention de l’utilisateur en lui donnant un sentiment d’urgence et d’obligation de réciprocité qui augmente drastiquement l’interaction.

Les entreprises savent que les messages qui interrompent les gens immédiatement sont plus convaincants pour amener les gens à répondre que les messages délivrés de manière asynchrone.

La confusion des motivations consiste à donner à l’utilisateur l’illusion que sa motivation et celle de l’entreprise ne font qu’une. Méthode employée quasiment systématiquement dans le commerce (parcours marchand Ikea, agencement des magasins Nike), mais également par les services en ligne.

Faire que ce que vous voulez devient inséparable de ce que l’entreprise veut de vous.[…] quand vous cherchez un événement sur Facebook (votre raison), l’application vous fait d’abord parvenir sur le mur d’informations (leur raison). “Facebook veut convertir chaque raison que vous avez de l’utiliser en leur raison pour maximiser le temps passé chez eux”

L’absence de choix et la tromperie sur le service sont également des outils pour garder l’utilisateur. Essayez de supprimer votre compte LogMeIn (j’ai essayé le week end dernier et c’est impossible sans parlementer avec le service par échange de mails). Ainsi, les services dont l’usage est souhaité sont facilement accessibles, tandis que les autres peuvent être un vrai parcours du combattants.

On sait pourtant que l’impuissance n’est pas le consentement. Or, rappelle Harris, comme les magiciens qui nous invitent à prendre la carte qu’ils ont choisie pour nous, les entreprises rendent les choix qu’elles veulent nous faire faire plus faciles d’accès que les choix qu’elles ne veulent pas que nous fassions.

Et la liste des techniques de design des vulnérabilités est encore longue.

Lire Comment répondre au design de nos vulnérabilités ? sur Internet Actu et How Technology Hijacks People’s Minds — from a Magician and Google’s Design Ethicist de Tristan Harris.

dimanche 19 juin 2016

Yahoo – Tumblr, la difficile acquisition

Marketing – # # # # # # # #

Alors qu’on avait tout lieu de croire que les tensions naitraient sur le terrain éditorial, c’est finalement au niveau commercial que l’acquisition de Tumblr par Yahoo a révélé les profondes dissonances stratégiques que l’on pouvait attendre entre les 2 entités.

[…] Mayer broke the clear barrier between the companies by merging Tumblr’s ad sales team with Yahoo’s and putting them under a new executive who insiders say had little experience with Tumblr and even less rapport with its core employees. Soon after, Tumblr’s ad sales department was on the verge of a mass exodus.

Lire How Yahoo derailed Tumblr, pour comprendre la mécanique de cette chute annoncée.